lundi 24 février 2014

Le retour à la normale


Ça fait maintenant plus d'une semaine que je suis de retour de mon voyage. Tout a redémarré la semaine passée. Il a fait tellement beau la semaine passée que j'étais trop heureuse d'être de retour à la maison! En plus, j'ai vu mes petits cocos 2 fois.
Cette semaine, j'aurai 5 cours (mine de rien, ça augmente). Pour bien sentir que c'était reparti, nous avons fait 15 pains et 4 "boules" en fin de semaine!


Pour moi, faire du pain, c'est une façon de "m'installer", prendre possession de la place et de mon temps. Voici mes bas faits à Cuba (en fait, j'en avais fait un et demi, mais j'ai complété le dernier cette semaine), bloqués.


J'ai emmené des variantes à ce modèle de bas symétriques no 5, en répétant le motif principal à l'arrière et en utilisant la bordure de côté pour diminuer légèrement l'ampleur. La bordure du haut (en blanc) n'est pas la même non plus que celle du patron, mais un motif traditionnel Norvégien.
Et voici mes bas samplers au complet. Ici, j'ai utilisé un peu de la méthode "mosaïque" à chaque trait qui délimite les samplers, ainsi que le rg avant et celui après. On le voit bien dans la semelle. Je glissais donc, la couleur non-utilisée, ce qui gardait mieux l'élasticité dans ces régions.



Pour terminer, j'ai refait la face de coussin modulaire pour avancés, car j'ai vu qu'il manquait des explications dans le patron que je leur ai fourni dans le cours. Rien de mieux pour vérifier...que de le refaire. 

Oh, zut! J'aime beaucoup ces couleurs: Vais-je être "obligée" d'en faire une nouvelle couverture-projet-de-l'année?

jeudi 20 février 2014

Cuba et le crochet


Comme je l'ai dit dans mon dernier message, j'arrive de Cuba (Cayo Santa Maria). J'aurais, encore, plein de choses à dire sur la formule "tout-inclus" avec ses défaillances (et je le ferai peut-être), mais je parlerai de l'élan que ces voyages me donnent pour le crochet.

Comme vous le savez peut-être, je suis davantage une tricoteuse qu'une crocheteuse, mais l'été (là-bas, c'est toujours l'été), je me tricote de petits hauts crochetés. Et à Cuba, il y en a beaucoup. Quand j'ai commencé à en faire, au début des années 2000, je ne savais pas ça. Ceux que je faisais étaient en fil très fin. Mais en y allant une 1ère fois en 2009, j'ai vu plein d'artisanes qui en faisaient: certains très ordinaires et d'autres très beaux. Mais j'ai réalisé qu'avec un fil un peu plus gros (no 1, fingering), l'effet était tout de même très bien et...c'est beaucoup plus rapide! J'ai donc créé Souffle de liberté (en 2 versions) et Sur un air d'été (disponible maintenant). L'été passé, j'ai fait une couple d'essais, dont un que je vais publier cet été.
Je vous montre ceux que j'ai emmené là-bas, et une autre fois, je parlerai de mes nouvelles idées.


Patron Souffle de liberté, version courte
Patron Sur un air d'été, version "musique"
C'est le patron que je publierai cet été

J'avais aussi emporté du "tricoté": ce chàle...
Patron Maisons de rêve, version "châle"

...et ce sac dont on voit clairement l'inspiration
Patron Sac ensoleillé

Et aussi, ce sac cousu avec applications crochetées


lundi 17 février 2014

Home sweet home!


J'avais commencé à vous préparer un article sur Cuba (nous en arrivons), mais aujourd'hui,  je vous parle du bonheur de se retrouver à la maison. Plus tard le message sur Cuba et le crochet.  Nous avons eu un bon voyage mais je suis largement saturée. On repassera pour la tranquillité et l'intimité!
Et il fait tellement beau depuis notre retour! Mes racines sont ici, ça ne fait aucun doute. Ce petit pot de beurre de pommes, reçu à Noël par Olivier et Camille a été tellement réconfortant: pas de pommes à Cuba, et encore moins de bon pain maison au blé entier.



Un retour à une petite routine tranquille me semble la chose la plus enviable pour le moment. Une journée d'attente pour l'autobus, dans l'aéroport,  dans l'avion et à se coucher à 4hrs du matin a amplifié ce sentiment. Mais l'excès de bruit, de chaleur,  de monde, de consommation et de "divertissements" y a hautement contribué. Je me trouvais de petits temps de tranquillité (à tricoter, entre autres).
Voici d'ailleurs, mes tricots de là-bas
Du crochet-filet: je garde la surprise...
MES bas samplers, en Cascade heritage
Une variante des Bas Symétrie no 5, en Mille Colori de Lang
Je vous montre quand même une image de vacances! Ça, ça valait le coup!


lundi 10 février 2014

Février et les poupées

Murale que je pose en janvier et février chez moi
J'ai une élève qui vient chez moi pour apprendre à faire des poupées. Comme vous l'avez peut-être déjà lu ici, des poupées, j'en ai fait beaucoup grâce au livre Les Poupées de Grand-mère pour commencer, puis par ce patron de petites poupées et celui d'une plus grande que j'avais appelée Zabinette.


Au 1er cours, j'avais disposé, pour Claudie ces poupées, d'autant plus qu'elle veut se faire une grand-mère.  Pour me mettre "dans le bain", je m'y remets, moi aussi. L'idée est aussi d'avoir quelques nouvelles poupées pour mon exposition d'avril. Forcément en avril, les mitaines, les gants et les tuques, c'est moins bon.

Mon modèle Zabinette en cours de processus
Voilà la 1ère bourrée et une 2ème, plus petite, bourrée et visage brodé

Mais...je ne dois pas arrêter de faire des mitaines et des gants si je veux en avoir pour les expos d'automne. Et mon défi de tricot cette année est de faire 14 paires de gants différents. J'en fais plus que ça durant une année, mais ce sera tous mes patrons, et je n'en ai que 9 de publiés. Alors, je dois faire 5 nouveaux patrons (qui ne seront probablement pas publiés pour le moment). J'en avais déjà "dessiné" 2 avant les fêtes. Voilà le 1er

Et un seul gant du 2ème:


lundi 3 février 2014

Je rêve de...

(Je rêve de...sera un nouveau libellé où je me laisserai aller sur mes aspirations personnelles et sociales. Rien d'encore sérieux, juste rêver)
crédit photo: cercle des fermières de St-Michel-de-Bellechasse

...créer un programme pour enfants, peut-être de 9 à 12 ans, en art textile de base. Les cours d'enseignement ménagers, sciences familiales et économie familiale ne sont plus. On les jugeait moins importants que les matières académiques (français, maths, sciences et langues). Ce qui fait qu'aujourd'hui, les jeunes femmes doivent aller chercher les informations (une chance qu'il y a internet pour ça aussi!) si elles veulent savoir ce que nos mères et grand-mères savaient plus facilement, puisque ces techniques leur étaient enseignées à l'école. J'aurais beaucoup à dire sur les choix du gouvernement en matière d'éducation, mais là n'est pas mon propos aujourd'hui.
Je viens de terminer une série de petits ateliers que nous avons donné bénévolement dans une école près de chez moi, quelques femmes de mon cercle des fermières. J'aime vraiment le contact avec des enfant de cet âge, quand elles sont ouvertes à apprendre ce qui ne leur est plus présenté aussi facilement qu'autrefois. La transmission du patrimoine d'art textile et le savoir-faire manuel ne doit pas mourir! J'aimerais donc, trouver un programme de remplacement pour que ces jeunes puissent apprendre les rudiments de la couture, du tricot, du crochet et autres techniques. 
Je ne ferais pas ça toute seule et je verrais la formation de jeunes adultes pour faire le lien des générations. Je préparerais un programme de base (on ne viserait pas l'excellence, mais la connaissance de base), le montrerais à de jeunes adultes qui l'enseigneraient aux enfants. Moi et d'autres femmes de ma génération superviseraient le tout dans une ambiance relax, chaleureuse. Ces enfants auraient des contacts avec des femmes qui feraient figures de tantes, grandes sœurs et grand-mères. 
Le lien entre les générations et le passage du savoir-faire manuel: voilà mon rêve!